Qui se souvient de Beni* ?

Incendie bidonville rond-point Cargo Rhin Fidelity -Marseille novembre 2016

L’hiver il fait froid, très froid parfois et vivre et dormir dans la rue c’est dur. Chaque année, politiques et médias semblent découvrir et s’émouvoir de cette triste réalité vécue, hélas, par de plus en plus de gens : des personnes isolées mais aussi des familles avec enfants. On promet à chaque fois d’augmenter les capacités d’hébergement mais cela se résume la plupart du temps à quelques nuits d’hôtel.

Dans ce monde de la rue et de la précarité, il y a ceux qui vivent en bidonvilles et dont on fait peu de cas. Dans ces cabanes de fortune construites au cœur de notre ville, les conditions de vie y sont non seulement pénibles en cette période mais de surcroît dangereuses. Car pour combattre le froid, l’humidité, on bricole des installations électriques en faisant des piquetages sauvages, on brûle des matériaux toxiques dans des poêles de fortune. Plusieurs fois des incendies dues à ces conditions de vie ont coûté la vie à des personnes, des enfants (Lyon, Bobigny, Grenoble etc..). A Marseille, fin novembre, et à Aix en janvier, ce sont deux bidonvilles entiers qui ont brûlé à cause de ces installations défectueuses. Passé le moment d’émotion, rien n’est fait pour sécuriser ces lieux de vie. Il faut exiger des pouvoirs publics l’installation de compteurs électriques provisoires, assurer l’accès à l’eau. Il ne s’agit pas là, comme certains nous en accusent, de vouloir défendre et pérenniser le bidonville mais de faire en sorte que, le temps que des solutions dignes d’habitat soient proposées à ces familles, les conditions de vie y soient un peu plus décentes et sûres et éviter que des drames puissent y advenir.
* Beni, enfant rom mort dans l’incendie du squat où il vivait à Lyon, en 2013

One thought on “Qui se souvient de Beni* ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *