Les arguments ambiguës du maire de Gignac

Cette petite commune avait traditionnellement accepté ou toléré la présence de familles de voyageurs et certaines ont acquis d’ancien terrains agricoles et se sont ainsi sédentarisées sans toujours prendre à la lettre les règles d’urbanisme.

L’arrivée d’une nouvelle municipalité a modifié ce compromis. Prenant prétexte de la défense des terres agricoles et des agriculteurs, la municipalité, avec le soutien des services de l’Etat, a engagé une campagne systématique contre toutes les installations jugées non conforme au droit des sols.

De nombreuses familles ont ainsi été condamnées à être expulsées de leurs propriétés et à remettre les terrains en état. Pour d’autres des peines d’amendes importantes ont été requises.

Bien que le maire s’en défende vigoureusement, cette attitude est perçue comme une discrimination envers les Gens du voyage. Rappelons que malgré l’obligation qui est faite à la commune depuis 2002, l’aire d’accueil prévue n’est toujours pas ouverte.

Un lien vers l’article bien documenté d’Elodie CREZE du site Marsactu à ce sujet :

Calamity Gène : aux abords de Marseille, le Far West des terres agricoles